Ville de Montargis

chateau royal mediéval de montargis, chateau et moyen age montargis, architecture militaire médiévale Montargis et son chateau, vestiges du chateau médiéval de montargis, journées européenne du patrimoine montragis chateau; site et vestige médiévaux en gatinais, vestige du chateau de Montargis tourisme patrimoine et architecture, chateau de Montyragis- chateau royal médiéval et ruine médiévale, vestiges médiévaux à montargis, chateaux mediévaux et moyen age montargis, chateaux médievaux de france monuments touristiques montargis, le jardin médiéval de montargis, les jardins du chateau de montargis, jacques androuet du cerceau , les plus excellents bastiments de france, jerome teste, loys teste, maitre jardinier du roi au chateau de montargis.

Français



Château de Montargis
résidence royale

En 932 : la maison d'Anjou, famille des Ingelgeriens, avec les Foulque « le Roux » 898-942, « le Bon » 958-960, « le Noir »  965-1040, « le Rechin » 1043-1109 et d'autre part les comtes d'Orléans notamment Robert 1er (865-923) famille qui donnera Hugues le Grand, duc des Francs, et Hugues Capet, son fils, possédèrent ce château.

residence royaleVers 1020 de l'union de ces familles naît une fille : Hildegarde Hérou. C'est la première châtelaine de Montargis portant ce titre. Elle épouse Jocelin de la famille des comtes de Sens.

En 1069. Jocelin, devenu veuf, conserve le titre de Seigneur de Montargis. Il épouse en seconde noces Isabelle de Monthléry. Naîtra  un fils, Miles puis ce dernier aura un fils, Rainaud. Ce sont les Courtenay-Sens.

En 1139,  la fille de Rainaud, Elisabeth, épouse Pierre, fils cadet du Roi Louis VI le Gros. Les premières tours du château entourent maintenant le donjon et la chapelle Sainte-Marie. C'est la résidence des Courtenay-France.

En 1188, Pierre II, son fils cède le Château au roi Philippe-Auguste.

En 1190 Philippe Auguste  comme dans tous les chateaux de cette époque fait fortifié une "Grosse Tour". Outre son caractère défensif elle valait valeur de sybole. Construite à cheval sur les fortifciations, elle était isolée de celle-ci par un fossé circulaire et possédait deux accès par pont-levis, l'un vers l'intérieur du château, l'autre vers l'exterieur.

"...Il y a une vieille tour qui s'appelle la vieille tour du château de Montargis...elle est toute séparée du reste du chasteau, et n'y entre on que par un pont levis, y ayant un autre pont levis pour en sortir par derrière et aller à la porterie  (Nicolas Peresc 1580-1636)

"...dans laquelle il y a un four,une cysterne et un moulin. .. cette tour est entrouverte d'une mine que les habitants firent jouer pour surprendre François de Coligny qui s'y estoit retiré avec quelques troupes de Religionnaires du règne de Charles IX "  Dom Morin ( 1628)

qui y crée cette puissante forteresse palais où il aime résider. Il offre ce domaine à son fils, le futur Louis VIII. Louis IX, Saint-Louis, passe sa jeunesse et séjourne 34 fois au château avec la Cour et sa famille. A nouveau possession du fils de Saint-Louis, Philippe III le Hardi puis Philippe IV, plus connu sous le nom de «Philippe le Bel », passent leur enfance en ses murs.

Les fils de Philippe le Bel sont trop préoccupés et n'y séjournent pas. Les Capétiens directs disparaissent, et les Valois prennent la relève.

En 1328 Philippe de Valois devient roi sous le nom de Philippe VI et conserve pour lui le Château. Si Jean II le Bon y réside peu, nous devons, grâce à son fils Charles V le Sage, la rénovation de la grande salle du château que Peiresc nous décrira en 1616 et l'édification du pont-levis en avant des tours des Courtenay. Il place une horloge monumentale,  la seconde de France, sur une des tours de la grande salle. L'autre horloge, qui existe encore, est celle du Palais de Justice de Paris.   

En 1380, Charles VI y séjourne. Vers 1395, il attribue le domaine en douaire à son épouse Isabeau de Bavière. Il lui retire pour le duc d'Orléans. Ce dernier  l'occupe dès 1404 mais il est assassiné en 1407 par Jean Sans Peur. Charles VII devient roi.

En 1560 Renée de France, fille de Louis XII, belle-sœur de François Ier, redonne un peu de vie au château pendant quelques lustres. Sa fille la duchesse de Nemours en hérite et les fils de celle-ci. Le château abrita les plus illustres protestants, l'amiral de Coligny, d'Aubigné, Henri de Bourbon futur Henri IV.

En 1575, décès de Madame Renée de France, duchesse d'Este, châtelaine de Montargis et duchesse de Chartres, sa fille Anne en hérite et devient Dame de Montargis.

En 1612, le château retourne à la Couronne. Ce retour voulut par Henri IV qui séjourna de nombreuses fois quand il était protestant n'a pu se réaliser plus tôt à cause de son assassinat. C'est son fils Louis XIII qui l'acquerra de Charles Duc de Mayenne, petit-fils de Renée de France.

En 1626 Louis XIII, le donne en apanage à son frère, Gaston d'Orléans.

En 1660, Philippe, frère de Louis XIV, reçoit le château en apanage ainsi que les duchés d'Orléans et de Nemours. Il aménage le château mais détruit le donjon et l'église Sainte-Marie. Il crée l'allée que nous connaissons actuellement.

En 1701 Philippe dit « le Régent », son fils, devient Châtelain de Montargis, Ducs de Chartres et de Nemours à la mort de son père. Il ne séjourne pas au château.

En 1723 Louis dit « le Pieux », son fils, devient Châtelain de Montargis, Ducs de Chartres et de Nemours à la mort de son père. Il ne séjourne pas au château.

En 1752 Louis-Philippe I dit « le Gros », duc d'Orléans et de Nemours ne séjourne pas au château.

En 1785 Louis-Philippe II devient châtelain de Montargis, duc d'Orléans et de Nemours à la mort de son père. Plus connu sous le surnom de « Philippe  Egalité », nom qu'il se donna en 1792, séjourne au château qu'il transforme en cotonnerie. Il est exproprié en 1792. Après avoir voté la mort de Louis XVI, ses anciens amis le font guillotiner le 6 novembre 1793.

En 1792, le Château devient domaine national. Le chancelier du Duc, l'amiral de La Touche-Tréville, achète une partie du Château. Il installe dans la grande salle une filature de coton avec 400 ouvriers  ce qui sauve le château de la démolition exigée en 1794 par le citoyen Lefiot, représentant du peuple.

En 1810, le château passe entre les mains de destructeurs : acheté par Masse associé à Pichot, Chardon et Trémier, il devient une carrière de pierre.

En 1837 La tour de l'horloge s'abattait la veille de l'arrivée de la souscription que les Montargois avaient faite pour racheter les restes du château sous l'impulsion du peintre Girodet. Cette horloge qui indiquait le temps civil, installée par Charles V, était la deuxième horloge monumentale de France et d'Europe.

En 1840, il reste presque plus rien du château royal de Montargis sauf le gouvernement et la tour carrée dite « poterne » sauvée parce qu'ils ne purent en expulser les locataires dont la baronne Roger.

En 1896 Les filles de Chardon vendirent la partie actuelle à Madame de Clerval.

En 1897 Madame de Cintré, achète ces bâtiments et les restaure pour y abriter « l'Institution Saint-Louis »

En 1919 Madame de Cintré fait don du château à Monsieur l'abbé Lane, Supérieur de l'Institution St Louis.

En 1934, Monsieur l'abbé Lane cède le château à la SCI du château de Montargis.

En 2005, la SCI du château et les propriétaires du site s'unissent pour créer l'association pour la sauvegarde du château de Montargis qui entreprend la restauration du mur d'enceinte(XIIème) qui fait face à la Ville, la restauration de la crypte de l'église Sainte Marie (XIème) et des caves (XIIIème) ainsi qu' une partie des jardins médiévaux dits « Jardins d'agréments » créés par un jardinier italien, jardinier du Roi, Jérome Teste (XVème) ; Ces jardins étaient un mélange de l'esprit médiéval et de l'art de la Renaissance.

En 2010, la SCI du château fait apport de la propriété au Fonds de dotation Chateau royal de Montargis, règlant ainsi et la transmission de la propriété et le financement sur long terme.