Ville de Montargis

chateau royal mediéval de montargis, chateau et moyen age montargis, architecture militaire médiévale Montargis et son chateau, vestiges du chateau médiéval de montargis, journées européenne du patrimoine montragis chateau; site et vestige médiévaux en gatinais, vestige du chateau de Montargis tourisme patrimoine et architecture, chateau de Montyragis- chateau royal médiéval et ruine médiévale, vestiges médiévaux à montargis, chateaux mediévaux et moyen age montargis, chateaux médievaux de france monuments touristiques montargis, le jardin médiéval de montargis, les jardins du chateau de montargis, jacques androuet du cerceau , les plus excellents bastiments de france, jerome teste, loys teste, maitre jardinier du roi au chateau de montargis.

Français



La Chapelle

L’ancienne église Sainte-Marie de Montargis fut fondée avant 1142 par Henri de Sanglier, archevêque de Sens et donnée aux Augustins de Saint-Jean de Sens qui l’érigèrent en prieuré-cure.

Peut être d’origine Carolingienne, l’église, située dans la cour du château, eut également un usage paroissial jusqu’au milieu du XV° siècle, lorsque la fonction fut transférée à la l’église de la Madeleine.

Construite à une vingtaine de mètres au nord-est de la Tour-maîtresse, il s’agissait d’une église d’environ 28m de longueur possédant une nef à 3 vaisseaux de 3 travées, un transept saillant et un chevet à 3 absides. Le long de l’absidiole nord, une salle quadrangulaire de 4x4m semble avoir été ajoutée postérieurement, à l’instar d’une petite annexe située dans l’angle sud-est de la nef transept.

Seule la crypte, dédiée à Saint-Guinéfort selon Dom Guillaume Morin, subsiste aujourd’hui.

On y accède en empruntant la petite salle quadrangulaire, sans doute bâtie vers la fin du Moyen-âge et autrefois située sur le flanc nord du chevet.

Comme l’église, la crypte possède un plan à 3 absides qui étaient contrefortées. La circulation entre les trois espaces s’effectue transversalement par des arcades plein ceintre reliant les travées droites précédant chaque abside.

Bien qu’elles ne fassent aucunes allusion à des travaux, les chartes des archevêques de Sens ont parfois servi à dater l’ensemble de l’édifice d’avant 1142. Mais en définitive, la connaissance de l’église Sainte-Marie du château de Montargis s’avère lacunaire et son analyse demande à être entreprise.