Ville de Montargis

chateau royal mediéval de montargis, chateau et moyen age montargis, architecture militaire médiévale Montargis et son chateau, vestiges du chateau médiéval de montargis, journées européenne du patrimoine montragis chateau; site et vestige médiévaux en gatinais, vestige du chateau de Montargis tourisme patrimoine et architecture, chateau de Montyragis- chateau royal médiéval et ruine médiévale, vestiges médiévaux à montargis, chateaux mediévaux et moyen age montargis, chateaux médievaux de france monuments touristiques montargis, le jardin médiéval de montargis, les jardins du chateau de montargis, jacques androuet du cerceau , les plus excellents bastiments de france, jerome teste, loys teste, maitre jardinier du roi au chateau de montargis.

Français



Les jardins d’agréments Renaissance du château de Montargis

Ces jardins se visitent et sont commentés. Pour celà il suffit de s'adresser à l'Office du Tourisme.

 

Renée de France, fille de Louis XII et d'Anne de Bretagne, Dame de Montargis, Duchesse de Chartres et Duchesse de Ferrare par son mariage, demanda à Jacques Androuet du Cerceau de lui dessiner et de composer des jardins dans l'esprit de ceux qu'elle avait connu à Tivoli mais aussi dans son palais ducal à Ferrare.

Elle fait venir auprès d'elle son jardinier de Ferrare, Jerome Teste ,qui sera chargé de créer et de gérer ces jardins. Il deviendra Jardinier du Roi et de Madame Renée de France.

Les plans de ces jardins sont publiés en 1576.

Elle fit établir en fonction du relief, deux jardins semi-circulaires se terminant par deux  contreforts surplombant la ville dont un est toujours visible.

Le château est ceint de deux jardins, portions de couronnes concentriques. L’ensemble forme une collerette qui s’arrête au dessus du faubourg de la Sirène  et au dessus du cimetière de l’époque et du faubourg d’Orléans.

Les deux hectares de la couronne la plus étroite, 18 toises – 35m, adossée au fossé sec du château, sont consacrés au jardin d’agrément. Ils dominent en terrasse, épaulé par des contreforts. La seconde couronne, 36 toises – 70m, appelée « les Grands Jardins » semble plus spécialement destinée à la production agricole mais aussi aux légumes (appelés alors les herbes et racines), à la vigne et aux arbres fruitiers.

Les jardins formant deux couronnes ne survécurent que très peu à leur créatrice, Renée de France même si après son décès le 15 juin 1575, sa fille, Anne d'Este duchesse de Guise-Nemours demandera au fils de Jerome Teste, Louis Teste, de les relever. Les guerres de religion qui sévissaient dans la région ont fait que les environs du chateau avaient subi beaucoup de dégâts. Les jardins avaient été le siège de combats en 1587 quand François de Chatillon avait voullu s'introduire dans le château. A cette époque il est la propriété de la fille de Renée de France, Anne d'Este, duchesse de Guise et de Nemours et deuxième Dame de Montargis.

En fait dès 1606 on constate que les Jardins ne sont pas relevés et suite au décès de Madame Anne de Guise-Nemours en 1607, les jardins sont alors loués et deviennent des terres agricoles jusqu'à la première moitié du XXème siècle.

Il ne reste aujourd'hui que la moitié de la surface des jardins d'agrément composant la "première couronne". L'autre partie est occupé par le cimetière. Quant à la deuxième couronne elle est totalement urbanisée.

En 2008, la municipalité de Montargis, sur l'instigation des associations locales de protection du patrimoine décide, avec le concours de la Région Centre, de re-créer les jardins d'agrément Renaissance du château de Montargis. Dix carrés ou "quarreaux" sont disposés des contreforts appelés "batterie" qui surplombe la Ville jusqu'à la route de Paris. L'objectif est de rester fidèle au plan de Jacques Androuet du Cerceau tels qu'il les publia en 1576.

Compte tenu de la forte pente, les deux premiers carrés sont plantés de vigne, car au XVIème siècle il existe du bon vin à Montargis. Le premier carré est planté de 125 plants de ceps de chasselas blanc et le deuxième carré est planté de 240 ceps de chasselas rouge.

les carrés 3 et 4  sont plantés de groseillers, framboisiers, myrtilles, mûres et rhubarbe selon les espèces retenues à cette époque.

Les carrés 5 et 6 sont plantés d'arbustes fruitiers: néfliers, amandiers, cognasssiers, figuiers, grenadiers et cornouillers mâles.

Les carrés 7 et 8 sont plantés de grands et moyens fruitiers disposés en quinconce, abricotiers, pêchers, pruniers et cerisiers.

Les carrés 9 et 10 sont plantés en quiconce de poiriers pour le carré 9 et de pommiers pour le carré 10.

Des palissades "d'arbres qui portent des branches dès le bas, qu'on tend et qu'on étend en sorte qu'ils paraissent comme une muraille couverte de feuilles" sont créées. La première palissade marquant la fin du vignoble comprend des rosiers et entre chaque carré alternent des palissades de fruitiers conduits en palmette et des palissades de rosiers, les variétés étant celles utilisées au XVIème siècle.

L'ensemble du jardin est cloturé par une charmille.

Une seconde tranche de la re-création des jardins Renaissance du château de Montargis interviendra en 2012. Seront re-crés alors les carrés de fleurs et les deux labyrinthes qui se trouvaient sous les fenêtres de la Grande Salle.

Ces jardins se visitent et sont commentés. Pour celà il suffit de s'adresser à l'Office du Tourisme ou à l'acceuil au château.